Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2014

Le Gouvernement français s'attaque aux préservatifs jetables

Après les sacs plastiques et les couverts jetables, l'Assemblée nationale examine cette semaine la possibilité d'interdire les préservatifs en latex.

téléchargement (2).jpgLa Ministre de l'Ecologie et du Développement durable, Ségolène Royal, présente le 15 octobre un texte visant à "interdire la vente et l'utilisation des préservatifs jetables". Ce texte fait suite au décret n°2012-772, consultable sur le lien suivant : legifrance. Ségolène Royal soutient dans le texte que "les préservatifs masculins et féminins, connus sous le nom de capote ou condom, ont un impact écologique élevé, absorbés dans la nature et en mer par de multiples poissons et mammifères marins."

L'entrée en vigueur du texte, s'il est voté par l'Assemblée au cours de la séance de mercredi prochain, devrait être au 1er avril 2015. Le fabricant de préservatifs Durex a dores et déjà indiqué qu'il mènerait des actions de lutte contre le texte, ajoutant dans sa dépêche que "la vaseline ne passera pas."

31/05/2013

La centrale nucléaire de Paluel touchée par la mérule

Le champignon a été découvert cette semaine au pied d'une tour de refroidissement.

BE667_paluel.jpgDes analyses ont permis de déterminer que la mérule, ou Serpula lacrymans, est présente au pied d'une tour de refroidissement sur la centrale nucléaire normande. C'est l'ensemble des structures en bois qui pourrait être mis en cause. La centrale de Paluel est en effet la seule centrale nucléaire d'Europe a être construite à plus de 90% avec du bois, en faisant une centrale semi-écologique.

Ce champignon, de plus en plus présent dans la région, nécessite souvent de brûler les lieux où il se développe. Dans le cas d'une centrale nucléaire, cela engendre la fermeture pour plusieurs mois de l'intégralité de la centrale, afin de définir si d'autres parties ont pu être touchées. En cas de contamination généralisée, l'intégralité du site pourrait être passé paluel,nucléaire,centrale nucléaire,nouvelle observatrice,méruleau feu.

En attendant les résultats des tests en cours, le diagnostiqueur Diagamter a été chargé de vérifier dès à présent l'installation électrique de la centrale, qui pourrait avoir souffert du champignon.